lundi 11 août 2014

Lucy



Réalisé par : Luc Besson


Avec : Scarlett Johanson, Morgan 

Freeman, Min-Sik Choi...


Nationalité : Française


Genre : La drogue c'est mal m'voyez...


Durée : 1h29





Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs 
A la suite de circonstances indépendantes de sa volonté, une jeune étudiante voit ses capacités intellectuelles se développer à l’infini. Elle « colonise » son cerveau, et acquiert des pouvoirs illimités.








Critique de Roxy :


Et oui elle est en vie ! Roxy's back bitches ! Elle s'est encore une fois sacrifiée pour vous.

Nathalie, Anne, Milla, oui Besson a sû faire de ces femmes des références en termes de badass attitude. J'annonce tout de suite la couleur, il n'a pas vraiment réussi avec Scarlett. 
Le Grand Bleu, Nikita, Leon, Le cinquième élément, Jea... ah non pas celui là. Bon après un excellent début de carrière perlé de putains de bons films, que dis-je, de classiques ! Bref, après tout ça, c'est le drame : La médiocrité s'installe et s'acharne sur les œuvres de ce pauvre Luc (quand t'inverse les lettres ça fait "cul" ! ah ah!). Il a même tenté d'innover avec une trilogie d’animés ! La blague ! Arthur gné lgné mignimognes gnggngna ! Entre deux il s'essaye à l'adaptation de bande dessinée, Adèle Blanc-Sec. Résultat : une honte. The Lady.. quelqu'un l'a vu ? Non ? ok on passe. Malavita... ça rîme avec : "caca". Oui c'est facile et puéril mais il m'a poussé à bout. Malgré tout, j'ai voulu laisser une chance à Luc. J'ai bougé mes fesses et j'ai raqué au Gaumont pour aller voir son dernier bébé. 

Bon début. Enfin "bon"... correcte. Des petits effets bien sympa, comparaison réalité/documentaire animalier. Ça a son charme. Un style pas du tout original mais on va dire que c'est sympa. Bon la nana se fait engrainer dans une sale histoire, on lui fou de la drogue dans le bide (normal) on lui shoot dedans, la drogue se répand, bim bam bouya, elle devient super woman et utilise son cerveau comme personne. En gros.
Le truc c'est que si on est pas hypnotisé par Scarlett, dès les premières minutes on remarques des choses complètement idiotes. Le problème c'est que ça dure pendant tout le film. (Petit cours de géographie monsieur Besson : Chine, Taïwan, Corée, c'est pas tout à fait la même chose) Passons.


Masturbation. Level 10.



Bon, vous vous souvenez l'époque du lycée où il fallait écrire des dissertations ? (Pour ceux qui ne se souviennent pas, passez directement au quatrième paragraphe) Au début on écrit avec inspiration, on donne des exemples, des citations, nos meilleurs arguments ! Et arrivé au paragraphe précédent la conclusion, néant. Rien a dire de plus, alors on brode avec ce qui nous passe par la tête. Lucy c'est ça. C'est la dissertation ratée de Luc, sur le cerveau. Sauf qu'il est fort parce qu'il a même réussi à foirer sa conclusion ! Pourtant je savait déjà que niveau scénario il était pas toujours au top mais j'ai voulu y croire quand même.

Ah Scarlett, elle se démène, elle porte le film sur ses petites épaules. Mais c'est bien trop lourd. Il y a tellement de choses qui ne vont pas, qu'elle ne peut pas tout rattraper. Morgan Freeman, lui ou un autre... Franchement j'ai même pas envie de parler du casting parce qu'en gros les français sont aussi bien représentés que dans Taxi et Malavita et le reste c'est des chinois/coréen (on sait pas trop) tout énervés. 

Non Lucy n'est pas un bon film. Forcément, si on le compare à Arthur et les Minimoy ou Malavita, oui on peut dire qu'il fait son grand retour en quelque sorte. Mais si on parle du véritable Luc Besson, celui des années 80/90, je suis désolée mais c'est une déception de plus, l'étron le moins puant des toilettes sèches qu'est sa carrière depuis dix ans. 
Une espèce de pub géante pour l'Ipad, des effets spéciaux faiblards, une accumulation de clichés, des gros clin d’œil à Taxi et une morale à deux balles. Merci Besson. 





"Pitié, sortez-moi de là"



Critique de Kaal 

En fait, c'est moi le con dans l'histoire. 

Je le sais. Je le sais pertinemment que ça va être nul. Mais à chaque fois, il y a cette petite étincelle de curiosité qui clignote et mon cerveau primitif me dicte d'y aller. Oui. Encore un Luc Besson. Et oui, encore une purge. 

Non content de pourrir sa carrière comme un héroïnomane qui ne peut s'empêcher de se mettre sa dose, Luc Besson s'abonne définitivement pour le cinéma de seconde (voire plus) zone tout en restant l'affiche. Le gros expat' s'amuse d'ailleurs à reproduire les mêmes erreurs et les mêmes schémas dans tous ses films réalisés ou produits. Il y a une marque Besson. Baston, bagnole, interracial, fille bonne, mec balèze. Quoique pour ce dernier, la donne a légèrement changé. Cette fois, l'héroïne (pas la drogue) c'est une zouz et le scénario se veut profond. La révolution est en marche mes culculs. 


Luc Besson a choisi d'écrire un film sur les capacités cérébrales des Humains. Qui a dit "comble" ? 

Avec notamment l'idée que l'on n'utilise que 10% de notre caboche (bien que pour lire les Kritiques, il n'en faut que 5%). Et comme c'est Morgan Freeman qui le dit, on est obligé de le croire. Un peu plus loin, à Taiwan, une jeune fille crédule mais bonnasse se fait enlever par des coréens (opération "Ninja") car Besson a déjà pourri les autres nationalités asiatiques. Trafic de drogue, Lucy se retrouve avec un sac d'une nouvelle drogue bleu fluo dans le bide qui par malchance s'ouvre et lui permet de développer ses capacités cérébrales plus que tout être. Et après : BAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAASTOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON. 

La moitié des forces de police est décimée en même temps qu'une bonne centaine de chinois en costume. Et tout cela gratuitement. Chez Luc Besson, les décès ne sont pas logiques. Lucy bute des gens sans que cela soit rationnel. Certains me diront : "Oui, mais c'est parce qu'elle perd sa part d'Humanité", mais c'est con au contraire. Si elle perd ces notions, elle devrait rester indifférente aux autres et ne pas se déranger à les tuer. Avec ça, prenez des effets spéciaux datés avec une utilisation approximative des images de synthèse pour faire une Lucy, "première humaine de l'histoire" (les spécialistes s'étouffent) alors qu'à côté il y a la motion capture...


Les deux derniers tiers du film sont des ramassis de clichés mal odorants sur les films d'action, les français, les chinois, les scientifiques. Tiens parlons en ! Je fais pointilleux mais comme un type scientifique peut baser sa thèse sur de telles hypothèses infondées et être reçu dans les plus grandes universités ? A part venir d'une secte, c'est proprement stupide. 

En fait c'est ça. Pour regarder un film de Luc Besson aujourd'hui, il faut utiliser que 3% de ses capacités intellectuelles. 


PS : ma pauvre Scarlett, t'es jolie, t'es talentueuse, mais qu'est-ce que t'as été foutre dans ce navet ? 



De sources asiatiques, il y a écrit "poulet", "boeuf", "coq" sur le mur...


7 commentaires:

  1. Je dirais bien que c'est du pur Besson mais on dira encore une fois que je tape sur l'ambulance. Pas vu mais les bandes-annonces et le pitch parlent pour eux.

    RépondreSupprimer
  2. "Mais si on parle du véritable Luc Besson, celui des années 80/90, je suis désolée mais c'est une déception de plus, l'étron le moins puant des toilettes sèches qu'est sa carrière depuis dix ans. "

    *ovation du public*

    Ce gars-là ça fait 15 ans que j'ai arrêté de l'attendre au tournant tellement il est sans surprise au niveau de sa médiocrité. Et pourtant Léon et Le Grand Bleu sont mes films préférés. En ce qui concerne Lucy, le teaser ne faisait déjà qu'empiler bêtise sur bêtise (SCIENCE BITCH!).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait le gars traite un sujet trop gros pour lui, il aborde l'évolution du cerveau humain et de ses capacité d'une façon beaucoup trop bateau et s'embourbe dans ses propres clichés !
      (merci pour l'ovation ;) )

      Supprimer
  3. Le meilleur du pire de Besson en quelque sorte. Faut quand même qu'ils arrêtent de snifer de la colle chez Europa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou arrêter le cinéma pour faire garagiste. Ce serait gentil.

      Supprimer
  4. Bonjour, c'est vrai que ce n'est pas terrible mais le film a tout de même rapporté plus de 100 millions de dollars de recettes aux USA (c'était peut-être le but). Toujours est-il que S Johansson est bien, pour le reste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement. Pognon, pognon, pognon.

      Supprimer