samedi 18 avril 2015

Fast & Furious 7

Réalisé par : James Wan

Avec : Vin Diesel, feu Paul Walker, Dwayne "the Rock" Johnson, Jason Tatane et plein d'acteurs secondaires inutiles

Nationalité : Américaine à donf

Genre : 7 nuances de beauf

Durée : 2h17 (j'y suis dans dix minutes)









Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la matière grise des spectateurs 
Dominic Toretto et sa "famille" doivent faire face à Deckard Shaw, bien décidé à se venger de la mort de son frère.






Kritique de Kaal

Si vous avez eu le courage de cliquer sur cet article, vous devez déjà vous demander pourquoi j'ai été voir ce film. Les sceptiques -et ils sont nombreux- se disent eux : "Ah enfin, il assume son côté France d'en bas et va enfin apprécier les films populaires ! Ah mais vous savez pas Brigitte, l'autre jour, j'ai vu Kaal en train de s'enfiler une galette saucisse en chaussettes-sandales et casquette Waïkiki ! Mais si ma bonne dame !"

Il n'en est rien.

Le salement nommé par son surnom Mafieu m'a lancé un défi, celui de voir Fast & Furious 7 au cinéma alors qu'il sait pertinemment -comme vous doux lecteur assidu et galbé- que je hais ce genre de film. Prenant mon courage à une main, l'autre sur l'une, la gueule de bois propice à voir n'importe quelle bouse, je suis parti voir celui qu'on nomme déjà comme le meilleur de la saga avec en point d'orgue la triste fin de Paul Walker, décédé fin 2013 d'un accident de voiture. C'est important de bien choisir sa sortie.

Le chef d'oeuvre commence avec un Jason Tatane qui parle de la mort, la vie, la vengeance, l'unité familiale, les gnocchis poêlés avec son frère méchant dans le coma quand il s'est fait déglingué dans l'épisode précédent. Histoire de montrer qu'il déconne pas et qu'il est bien badass, le méchant principal du jour Deckard Shaw (on tire les noms au hasard ici ?!) menace les médecins de sauver son frère et sort tranquillement de l’hôpital où l'on découvre la demi-centaine de militaires du SWAT dézingués sur son chemin. OUUUUUUUH TROP BADASS !
ET BIM ! TITRE DE FILM, BOUM BOUM, DES FLAMMES !

Pendant ce temps, dans un endroit quelconque du désert étasunien, Dominique Tourelle (alias Vin Diesel) promène sa zouz (Michelle Rodriguez) amnésique qui n'a plus souri depuis 1993 à une convention de tuning redneck. Ici, des petits culs, de la musique techno-parade volume 8, re-des petits culs mouillés et des grosses bagnoles aux couleurs criardes. Et bien sur, des BATTLES ! Vraouh Vraouh ! De la sueur et des jantes !

Pendant ce temps, le musculeux Dwayne "tête de poterie" Jonhson transpire comme un buffle dans son bureau d'inspecteur jusqu'à ce qu'il soit attaqué par le vraiment-pas-jouasse Shaw qui récupère des infos comme sur un minitel sur l'équipe qui a boîté son reuf. Baston. The Rock s'écrase sur le toi d'une voiture et repart avec une jambe et la pogne dans le sac. Pas de souci, comme un footballeur brésilien qui parti se soigner en Russie, il reviendra pour dézinguer un hélicoptère avec une sulfateuse et une ambulance. A l'aise. 

Ennui total du côté de Brian O'Connor (Paul Walker) pour qui être papa est un fardeau mais pas autant que conduire une voiture familiale sans turbo mais avec un porte-gobelet. Leur tranquillité relative est bolossée par le meurtre de leur copain chinois Han par le vilain Shaw qui annonce sa vengeance. Le genre de méchant qui raconte son plan avant exécution.

Du coup, c'est pas très beaucoup très sympa et Dominique Tourelle a le seum et veut buter Shaw. Le FBI ou un autre bureau secret de renseignement avec des moyens dignes du S.H.I.E.L.D aide les loulous à déjouer une attaque terroriste qui sort d'un peu nul part en sauvant une informaticienne au corps de mannequin. Oui, dans Fast & Furious, si t'as pas un boule à décorner un bœuf, c'est pas la peine de se pointer. Ils sont évidemment aidés des deux blacks de service, l'un débile l'autre malin comme un singe (blague approuvée par Claude Guéant). Pour continuer dans les clichés, ils se rendent aux Emirats Arabes Unis pour braquer un cheikh afin de récupérer une clé usb dans une des voitures les plus rares du monde qui appartenait très évidemment à l'informaticienne bonnasse. C'était déjà bien con et ça ne fait qu'empirer puisque les scénaristes défient toutes les lois de la physique et la logique. Des putes, de la cock, des bagnoles qui volent d'immeubles en immeubles, ON EN A PLUS RIEN A CARRER MA GUEULE !!

La suite n'est que BOUM BOUM BASTON FLAMMES VOITURES PETITS CULS BASTON pour finir sur la grande séquence émotion qui a fait pleurer le père de famille vêtu de son maillot de l'OM et chaussé de Nike Requins à côté de moi dans le ciné. L'adieu à Paul Walker où son visage a été reconstitué sur la tronche de son petit frère dans la vraie vie. Une image effrayante que je vous propose maintenant.

JE VAIS MANGER TON ÂME !


Fast & Furious 7 est donc un film bourré de clichés, avec tout ce qui fera mousser Jacky le "furieux" résidant d'un T3 au nord de Beauvais avec sa femme de 23 ans et leurs 6 enfants aux prénoms remplis de K, H ou Y muets. Passez votre chemin si votre Q.I dépasse le nombre d'épisodes de la saga.





P.S : Mafieu, j'attends que tu réalises ton défi. 


BLEUE !




10 commentaires:

  1. Ola tu as pris le film au sérieux! Mais faut pas! Faut le prendre comme du gros nanar en puissance où les mecs n'en ont plus rien à foutre, où Vin Diesel fait rire avec ses répliques philosophiques à deux francs débitées avec un incroyable sérieux, où Paul Walker fait son champ du cygne, où ça fait bim bam boom .... perso je me suis bien marré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne peux pas prendre ce film au second degré quand je vois l'engouement des jeunes générations (en gros tous mes élèves) qui parle de cet étron comme un chef d'oeuvre du cinéma.
      The Expendables est du second degré. Pas Fist and Furious.

      Supprimer
    2. Faut pas déconner. Je n'ai jamais pensé que les Fast and furious étaient de grands films et encore moins maintenant. Au mieux de bons divertissements, au pire des grosses daubes. Euh franchement les Expendables ont bien du mal à faire dans le second degré. Ils ont l'air mais c'est du premier degré qui s'ignore et franchement risible. ça se veut bis mais ils ont quinze tonnes de pognon. Ce n'est pas ça le bis.

      Supprimer
    3. On va tout de même pas se battre sur Fast and Furious ? Serait-ce là l'auguste combat que tout le monde attend ?
      Non. Gardons notre énergie pour un film de meilleure ambition et prenons plutôt un cacolac.

      Supprimer
    4. Kaal serais tu corrompu?!

      Supprimer
    5. Oui, c'est une évidence, mais là n'est pas la question.

      Supprimer
  2. "les gnocchis poêlés" j'étais complètement passé à côté de ce détail. Je vois le film sous un autre angle maintenant.
    Sinon, Deckard à joué, mais il a perdu la main.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est affaire de détails mon cher 2flics ;)

      Supprimer
  3. Défi relevé ! Je dois dire que j'ai quand même été mieux servi que toi ! Critique à venir....

    RépondreSupprimer