mardi 25 juin 2013

Final Cut

Le bon-film-pas-très-connu-du-mois de Juin est :




Sorti en salle le 1er décembre 1999


Réalisé par: Dominic Anciano, Ray Burdis
Avec: Jude Law, Ray Winstone, Sadie Frost, etc
Nationalité: Britannique
Genre: Secret Story à l'anglaise

Durée:1h33

Jude (Jude Law) est mort. Ses amis proches se retrouvent chez lui pour une veillée funèbre. Mais Sadie, la compagne du défunt, leur réserve une surprise. Ils vont être filmés pour conclure la vidéo commencée quelques mois auparavant par Jude. Pour les aider à comprendre pourquoi elle veut terminer ce film, Sadie (Sadie Frost) leur montre ce qui a déjà été tourné, à leur insu, par des caméras cachées un peu partout dans l'appartement.
Leurs réactions sont donc filmées alors qu'ils découvrent l'enregistrement, entrecoupé des commentaires de Jude, de leurs moments les plus intimes, de leurs secrets les mieux gardés. La diffusion de ces séquences volées pendant des dîners ou des fêtes va d'abord provoquer l'amusement puis la colère. Jusqu'à la révélation finale : la vérité concernant les circonstances exactes de la mort de Jude. 










C'est quoi ce film ?

Final Cut est un film (typiquement) anglais, sorti en 1998 au pays de Sa Majesté la Reine, et un peu plus tard en France dans quelques salles. C'est une sorte d'exploration de l'âme humaine teintée de cynisme. J'ai choisi de parler de ce film plus par son originalité que par sa réussite. C'est un bon film, sans être exceptionnel mais le sujet qui y est présenté et la manière dont il est traité mérite un coup d’œil. C'est un groupe d'amis et l'un d'entre eux, Jude, est mort. Jude avant de mourir était en train de réaliser un film sur le secret, la mort, la trahison, l'amitié et l'amour en filmant à leur insu ses amis. C'est lors de sa veillée funèbre que Sadie, la petite amie de Jude, leur fait visionner. Ils vont alors découvrir l'entreprise de Jude, quelques facettes cachées de leurs personnalités vont être révélées au grand jour ainsi que certains secrets que les protagonistes du film vont apprendre en le regardant...



 Coucou les filles, c'est Jude ! You-hou !




La principale caractéristique de ce film c'est l'aspect documentaire, huis-clos un peu étouffant. Jude a planqué des caméras un peu partout chez lui, a filmé des choses sur ses potes et en a fait un film. Ses amis se retrouvent donc  à le regarder assis tous ensemble dans le salon. On pense tout de suite aux réunions familiales du dimanche après-midi ou nos parents et grands-parents nous montraient des souvenirs de vacances, des mariages etc à l'aide d'un bon vieux caméscope tout neuf. Le film amateur que fait Jude Law est filmé sans effets spéciaux ou effet de style puisque le but recherché est de montrer la vérité et notamment celles qui dérangent. Le film, le vrai cette fois-ci, Final Cut, est filmé pareil, à la manière d'un documentaire. Pour ajouter une touche de réel en plus, les personnages du film sont les mêmes que ceux des acteurs : Jude Law est Jude, Sadie Frost est Sadie, etc. Les 2 réalisateurs du film, qui jouent d'ailleurs 2 rôles secondaires, font donc un choix clairement marqué, de manière à intensifier l'aspect gênant des révélations qui sont apportés aux personnages du film. Certains se mettent en colère, d'autres à chialer, l'un apprend que sa femme assise sur ses genoux le trompe car il est handicapé ou encore un autre qui tape sa femme qui est obligé de se confronter à tous ses potes. C'est filmé de très près, de manière brute, avec des zooms maladroits, à la manière de Papi avec son caméscope en fait. Toujours dans le but d'intensifier l'effet réalité, pour montrer l'être humain tel qu'il est en réalité, sans jardin secret ni carapace. C'est un pari réussi pour une technique peu utilisé au cinéma, c'est très réaliste et cela fait mouche. 


 " Une petite caméra cachée dans l'angle de ma piaule, je couche avec ma femme et j'envoi tout à TF1. J'vais lui montrer comment faire de l'audience, moi, à Castaldi et sa maison des put...des secrets ! "




Parlons désormais de l'histoire du film. L'aspect technique est très important car il met en exergue une histoire particulière. Cette manière de réaliser ne fonctionnerait certainement pas avec un film d'action, ce serait d'un grand ennui et aussi utile que le Zanzibar d'un curé (quoique). Lors de la veillée funèbre en l'honneur de Jude, Sadie réunit donc le groupe d'amis pour visionner le film de Jude. Au début, ça fait marrer tout le monde mais au fur et à mesure des révélations apportées par le film, les esprits commencent  à s'échauffer. Je vous ai parlé de quelques exemples plus haut pour vous donner une idée. Imaginez que ma femme me trompe car elle trouve que je suis d'un ennui monstrueux, qu'elle en parle à son amant qui s'avère être mon ami et que tout ceci est filmé à leur insu pour qu'au final, je me prenne ce genre de révélation devant tout le monde. Ça pique. C'est quelque chose que je n'aurais du jamais savoir ou alors que j'aurais appris de ma bouche de quelqu'un d'autre qui y aurait mis des formes pour me l'expliquer. Sauf que là non, c'est brut et ça fait mal. C'est tous ces moments dans le film qui installent cette atmosphère pesante et très cynique, très noire, très anglaise en quelque sorte. Son documentaire, Jude l'a monté de la manière suivante. Il se filme en expliquant le pourquoi du film, son objectif philosophique, son questionnement sur l'être l'humain puis propose une scène à ses "amis-spectateurs" puis reprend la parole etc. A chaque scène ou ses amis sont filmés, il y attache une sorte d'analyse philo et psychologique. Le film avance et les protagonistes de l'histoire se rendent compte de tous les défauts, coups de pute, de leurs amis mais aussi et surtout que la mort de Jude n'était pas un accident...


 "C'est pas ce que tu crois chérie, on dirait que je baise une chèvre, mais c'est pas une chèvre du tout, j'te ferais jamais ça, tu le sais ! Et puis c'est pas mon zanzibar, c'est une saucisse de Strasbourg !!!



Le film va se terminer dans le même style qu'au début. Lors de la révélation finale apportée par les caméras cachées, le groupe d'amis va commettre des gestes et prononcer des paroles que je vous laisserais découvrir par vous-même si vous visionnez Final Cut. Une fin à l'anglaise pour un film à l'anglaise. La réalisation et le scénario sont très importants pour ce long-métrage mais le jeu d'acteur l'est également. Ce ne sont pas des rôles spectaculaires mais très difficile  à jouer tout de même car il faut rester dans la dimension "réelle" du film, donner cet aspect naturel, une manière de parler et de se comporter de tous les jours, comme des gens normaux pour correspondre à l'idée du film et à son état d'esprit. Je vous l'ai dit, ce n'est pas un film exceptionnel, c'est un bon film avec un concept très original. C'est le genre de film qui rend le cinéma aussi intéressant, qui tente de nous proposer quelque chose de différent, quelque chose que nous n'avons pas l'habitude de voir. Au contraire du cinéma stérilisé que l'on peut regarder en majorité aujourd'hui, malgré quelques bonnes surprises. 

Si finalement, après tant d'années passées à regarder Loft Story ou la maison des secrets, vous souhaitez passer à un autre genre de télé-réalité, coupez le cordon avec Castaldi, Nikos et les autres, et regardez Final Cut.


Raino


1 commentaire:

  1. Yeah !
    Moi je l'ai vu en 99 à Dinard! Vive CAV !
    Betsy!

    RépondreSupprimer